jeudi 13 septembre 2018

"2008-2018, CHEMIN DISANT"

Chronique Terrienne n° 168
L'ouvrage que je publie ce mois-ci : "2008-2018, CHEMIN DISANT"... c'est 10 ans de pratique professionnelle du coaching de transition et de l'outplacement, c'est à dire épauler des licenciés pour qu'ils rebondissent et puissent piloter leur trajectoire en confiance, foi de coach motard !

Les 41 "Chroniques Terriennes" éditées dans ce livret sont issues du "Blog de JMP" (AdC : www.accelerateur-de-croissance.com *) parmi plus de 160 actuellement : plus de 10 ans à s'étonner, 10 ans à contribuer. 10 ans à rédiger sur mes pérégrinations et mon métier : un Blog-Notes en somme. Celui qui m'inspira le nom de ces "mémos" s’appelait Ray Bradbury. Ce très prolifique auteur américain de science-fiction est le créateur des fameuses "Chroniques Martiennes" en 1950 qui le rendirent mondialement populaire.
Je dédicacerai ce recueil anniversaire lors de ma journée "portes ouvertes" au Cabinet à Crolles fin de ce mois. Au sein d'un quartier refait intégralement et de l'agrandissement récent de nos locaux (+ de 120m² dédiés à l'accompagnement humain), ce sera "open bar" non-stop de 11h00 à 19h00 chez AdC ! Si vous ne pouvez passer un moment à cette occasion, vous pouvez télécharger "2008-2018, CHEMIN DISANT" en cliquant sur ce lien : http://eepurl.com/dG5kI9
Un livret de 64 pages qui permet une lecture chronologique mais également pour picorer.

Bonne dégustation ! JMP

* et abonnez-vous pour les recevoir les prochaines directement sur votre mail.

dimanche 26 août 2018

Zorro ce héro

Chronique Terrienne n° 167
"Un cavalier, qui surgit hors de la nuit court vers l'aventure au galop. Son nom, il le signe à la pointe de l'épée d'un Z qui veut dire Zorro". (France 3 diffuse toujours cette série culte)
Il faut que je vous l'avoue aujourd'hui, Zorro a aussi joué un grand rôle... dans ma vie !
Don Diego de la Vega à la ville, un aimable et élégant jeune notable, devient la nuit venue "le renard", justicier et défenseur des citoyens d'un Los Angeles alors Californie espagnole.

Si les 82 épisodes télévisuels initiaux ont "fait un tabac" juste avant mon arrivée sur terre (1957-1961), j'ai été ensuite bercé dans mon enfance par ce personnage au double visage : oisif le jour et intrépide la nuit !
Fils du respectable Don Alejandro de la Vega, avec son fidèle serviteur muet Bernardo, son cheval Tornado, un superbe étalon noir, Zorro ne perd pas une occasion de ridiculiser le sergent García, que le Commandant Monastorio lance à ses trousses. Don Diego "masque" donc en société ses préoccupations ultimes (ainsi que son habileté à l'escrime), se faisant volontiers passer pour un érudit, feignant de s'intéresser aux choses politiques; ceci pour mieux observer et enquêter sur les vils desseins du Commandant corrompu.
Et dire que ce personnage, qui a inspiré d'autres héros masqués (par ex. Batman, du propre aveu du dessinateur Bob Kane) était interprété dans la série TV par Armando Catalano, alias Guy Williams, un acteur italo-américain qui effectuait lui-même ses cascades. Quand j'appris que cet "homme parfait" qu'il était dans la série (intelligent, sociable, fringant, mais surtout honorant ses valeurs de justice et de liberté avec audace et courage) est mort en 1989, seul et alcoolique à 65 ans dans un hôtel à Buenos Aires, j'ai compris que l'idole de ma jeunesse, Zorro, mon héro, n'existait pas. Il n'était en fait qu'une de mes "petites voix du passé" ! JMP

Lire la Chronique Terrienne n° 160 (11 09 2017) :
http://accelerateur-de-croissance.blogspot.com/2017/09/ces-petites-voix-du-passe.html

dimanche 12 août 2018

Tout-à-l'ego

Chronique Terrienne n° 166
Laurent Gounelle vit aujourd'hui à Cluny, lieu du roman que j'ai lu, en Poche, pendant mes congés d'été : "Et tu trouveras le trésor qui dort en toi". Il est consultant en relation humaine depuis plus de 15 ans et écrivain depuis 10 ans. J'avais lu "L’homme qui voulait être heureux" et "Dieu voyage toujours incognito", ses deux premiers livres (de gros succès de librairie parmi ses 5 titres d'ores et déjà publiés).
Je recommande cet ouvrage, pour ses différents aspects (questionnements spirituels et quête de vérité universelle pour le fond, lecture fluide et style enlevé pour la forme), mais parlons un peu de l'ego qui y est abondamment abordé, en s'inspirant d'un autre Laurent* (qui rédige
des fiches de lecture d'ouvrages de développement personnel) :
Ne sachant pas vraiment qui nous sommes, car ce que nous sommes est trop abstrait, nous nous assimilons souvent à des choses plus palpables, comme par exemple notre intelligence, nos rôles (cool, sérieux, bourgeois...), notre job etc. Ce n’est pas forcément grave mais c’est très limitant. L’ego étant la représentation que l’on a de soi-même, cette fausse identité fait écran à notre vraie nature, un peu comme si une partie imaginaire de nous-même prenait le pouvoir en nous. Ayant souvent peur de ne pas être suffisamment ce que l’on croit être (ce rôle auquel on cherche à s’identifier), l’ego est donc aussi le fruit de la peur, et on le sait, les peurs infondées sont le fruit d’un processus mental. Le mental cultive l’égo. Se libérer du mental afin de vivre les choses telles qu'elles sont, dans l’instant présent (alors que le mental ne voit que le passé ou le futur) est la voie. Attention, mon ego s’attache seulement à ce qui me valorise, mais il n’est pas Moi. A la fois mon ego est constitutif de mon estime de moi-même (et c'est essentiel), mais lutter contre mon ego pour être vraiment moi-même est la grande question. Alors canalisons humblement notre tout-à-l'ego ! JMP

www.laurentnizette.com

jeudi 26 juillet 2018

Se savoir unique (vocation)

Chronique Terrienne n° 165
Sur LinkedIN hier matin : je découvre Nadine CANARD, Catherine GOUJON, Marjorie LATOUILLE, Etienne PEPIN, Philippe RAGOT... Si nos patronymes orientent certainement notre vocation, pour ma part je me dirigerais sur le PONT...SAIT ;-)
Celui qui "sait" construire des "ponts"... s'occupe en effet depuis 10 ans du projet de personnes en transition, entre deux... tel William BRIDGES, le bien nommé !
Mais trêve de jeux de mots, quand on sait qu'il n'y a qu'un seul et unique JMP sur terre, que parmi les quelques dizaines de milliards d'individus qui m'ont précédé et que parmi tous ceux qui me succéderont, aucun ne me ressemble vraiment et ne me ressemblera jamais, on peut se dire que je peux m'autoriser à travailler à être ce que je peux devenir !
J'aime dire à mes clients, avec qui je propose de travailler leur singularité, qu'on n'est un peu tous pareils mais que chacun est unique. Et que dire de ce client actuel qui porte un prénom très original et un patronyme tellement révélateur de son potentiel ! "Je me suis senti très tôt spécifique, différent" me disait-il. Je lui ai proposé son Profilscan. Sa personnalité est l'articulation de 3 dimensions essentielles : ses valeurs, ses motivations génériques et son fonctionnement cognitif. Elle est unique (22 millions de Profilscans différents possibles d'après l'éditeur) mais recèle de grandes orientations qu'il connaissait (sinon "intuitait") et a pu donc valider. Accueillir ses points d'appui, puis décider de travailler ses points de progrès.
Le rapport complet que je lui ai remis fait 20 pages et comporte de nombreuses évaluations -not. sous stress-, mais ce référentiel aide surtout à parler de soi avec professionnalisme et précision, donc à gagner en crédibilité. JMP

dimanche 3 juin 2018

Retour d'image

Chronique Terrienne n° 164
J'ai récemment participé à Paris à un atelier de Aude Roy, coach en image bien connue de longue date. Le crédo de cette spécialiste est de dire que mon image, en toute conscience, peut être juste et confortable, crédible voire stratégique, et qu'ainsi mon bien-être et mon efficacité professionnelle seront décuplés. Qui nierait en effet que son image n'est pas une clef de réussite dans la vie (pour se différencier, pour convaincre...) ?
Lors d'une première rencontre entre deux personnes, nos différents cerveaux entrent en action : le reptilien (instinct) veille (rassuré/défiance, ouverture/fermeture) puis ensuite le limbique (émotionnel) apprécie (sympa/pas sympa) et enfin le cortex (pensée) lui va trouver des justifications (...) -le tout en moins de 20 secondes- !
Si les composantes de notre image personnelle sont nombreuses (silhouette et attitude, faciès et sourire, ton et respiration, coiffure et vêtements etc), elles sont autant de leviers à exploiter. En effet, un look se travaille, une posture s'améliore, une poignée de mains se prépare.
En début d'atelier, Aude nous a fait échanger nos premières perceptions entre participants, ce via une carte sur laquelle rédiger 3 talents. Mon jeune voisin (avec qui j'avais échangé quelques mots en arrivant) a écrit de moi "humour, amical, bienveillant" et le monsieur de l'autre côté de l'allée "sensibilité, fidélité, engagement". Constat : ces 6 qualités me correspondent tout à fait et j'avais moi-même écrit quelques minutes avant sur ma carte (pour moi) 4 synonymes sur 6 mots ! En tout cas, je validais bien qu'en parlant à mon voisin le plus proche, j'avais eu un impact par rapport à l'autre personne, pour qui mon non-verbal avait aussi "parlé" néanmoins ! JMP

PS : Aude Roy a démarré son parcours professionnel dans l'univers de la haute-couture, elle préside l'association francophone de l'image et de la posture, elle est aussi synergologue* (*en 2 mots : le non-verbal). Elle a déjà rédigé 3 ouvrages et aime dire "L'image ne fait pas le moine, mais permet d'entrer au monastère"!

jeudi 12 avril 2018

La confiance en soi, une philosophie ?

Chronique Terrienne n° 163
Tel est le titre du dernier ouvrage de Charles Pépin, un philosophe que j'ai croisé il y a 10 ans et dont j'apprécie la pédagogie. Mais au fait, porter un patronyme comme celui-ci affaiblit-il la confiance ? J'ai souvent pensé qu'être client des Ambulances Pépin, proche de chez moi, ne serait pas très évident à vivre ! Bref (dirait l'historien), Charles nous éclaire sur les mystères de la confiance en puisant dans les textes des anciens mais aussi les témoignages de grands sportifs, artistes ou anonymes. J'avais particulièrement apprécié la lecture des "Vertus de l'échec", son précédent essai. Effectivement pour moi, se donner le droit à l'erreur n'est-il pas le premier pas vers la confiance en soi ? S'il nous livre, en cet opus (mars 2018 chez Allary Editions) 10 sujets de réflexion pour nous montrer le chemin de la confiance en nous, nous sommes au cœur du stage PTC dont la saison 2018 vient d'être programmée avec mon acolyte coach-motard Gérard-Philippe à Grange Fayet en Ardèche verte chez Fabyenne (un Relais Motards comme je les aime).
PTC, comme "piloter sa trajectoire en confiance" est un espace-temps hors du monde du travail, où la déconnexion, les processus d'animation et la moto permettent de vivre une expérience unique pour faire le plein de confiance en soi.
Quand la moto en duo est ici un remarquable outil pour accéder vraiment au lâcher-prise, attitude nécessaire à la confiance, ce stage où tout est aidant pour atteindre l'objectif d'être présent à soi devrait être remboursé par la sécurité sociale ! JMP

Plus d'infos sur https://www.efficacite-professionnelle.com/confiance-et-lâcher-prise

dimanche 11 février 2018

Garder la flamme

Chronique Terrienne n° 162
Grenoble fête en ce mois de février les 50 ans des Jeux Olympiques de 1968. Je rédige aujourd’hui ma CT 162 (un "œuf" après le "un"... et c'est mon année de naissance ;-) Né en cette ville, j'avais 5 ans et demi quand Killy gagnait ses 3 médailles d'or sur les pistes de Chamrousse. "Gratianopolis" s'est complètement transformée en quelques années : plus d'un milliard (de francs) investi -dont les 3/4 par l'état- destiné à 90% à des projets non sportifs. Ils ont permis de déverrouiller notre ville grâce à des accès autoroutiers, de la structurer avec la refonte des grands boulevards et autres aménagements de voies, mais aussi de la doter d'équipements modernes (l'aéroport, la gare, la maison de la culture, le palais des sports, Alpexpo, l'hôtel de Ville, l'hôpital sud...) et de la développer (le nouveau quartier du village olympique, les trois tours de l'île verte...) De Gaulle (Charles) présent à l'inauguration, "schuss" (première mascotte de l'histoire des JO) qui pendait au rétroviseur de la 2CV paternelle, mais surtout la vasque et sa flamme... Mes souvenirs s'essoufflent, la modernité arrivait et le monde allait changer. Si avant 68 "tout était à faire à Grenoble", 50 ans plus tard tout reste (toujours) à faire... "On gagne sa vie parce que l'on reçoit ; on construit sa vie parce que l'on donne" a dit Churchill. Gardons la flemme flamme... pour transmettre la ferveur ! JMP

samedi 21 octobre 2017

J'ai 10 ans !

Chronique Terrienne n° 161
Et oui "Le Blog de JMP" a 10 ans en cet automne 2017. La première CT (Chronique Terrienne pour les non-initiés) a en effet été rédigée en 2007. A l'époque, je travaillais sur Paris (rue Bayard la bien nommée pour ceux qui connaissent ma proximité avec le Chevalier) et étais donc stimulé par une autre proximité, celle de mon bureau avec la rédaction du quotidien national du Groupe de presse qui m'avait proposé une année à la Capitale. Moi qui ai connu l'encrier à 5 ans, les premiers PC pour mes 20 ans et étais déjà devenu digital senior depuis ! Le titre de cette CT était "(Longue) Distance" (je vous laisse la relire) : j'y vois aujourd'hui un clin d’œil à ma capacité à rebondir sur la durée.
Si la vie me bonifie, c'est justement via mes transitions. De nos jours, plus d’un actif sur quatre est concerné chaque année par une transition professionnelle. Selon l’Insee, celui qui entre aujourd’hui sur le marché du travail changera en moyenne 4,5 fois d’employeur pendant son parcours, quand ses parents changeaient 1,5 fois.
Les carrières ne sont en effet plus linéaires et la transition professionnelle devient une étape fréquente. Au fait, depuis 10 ans, j'ai encore vécu trois changements professionnels,
une manière de rester jeune, j'ai 10 ans j'vous dis ! JMP
 

lundi 11 septembre 2017

Ces petites voix du passé...

Chronique Terrienne n° 160
Je fais souvent travailler mes clients sur la conscientisation de leurs petites voix intérieures. Ces "drivers", qui les ont généralement "tirés" positivement pendant la première partie de leur parcours, peuvent souvent se révéler improductifs voire stressants à la maturité, telles des jonctions négatives dont il convient de se défaire. Concept issu de l'Analyse Transactionnelle (une de mes boîtes à outils) ces petites voix nous gênent parfois sur notre voie.
Un jour, lors de ce test, mon client s'aperçoit que son driver "sois fort" a un score élevé. En en discutant, c'est son père dans sa prime éducation qui, dans un message implicite, lui a transmis cette croyance. Il a alors décidé d'un message de remplacement positif plus propice à l'aider, aujourd'hui qu'il s'est affranchi du regard parental, lorsque cette petite voix l'ennuierait : "sois ouvert, tolérant, tempérant". Sous stress, nos qualités, poussées à l'extrême peuvent en effet devenir des défauts, en tout cas, des pensées limitantes.
5 petites voix principales sont souvent en notre for intérieur, elles correspondent à des besoins que nous devons nourrir pour nous sentir en pleine possession de nos moyens et vivre pleinement notre vie. Alors écoutez bien vos petites voix... pour les transcender ! JMP

 
PS : le cocktail "sois fort + sois parfait + dépêche toi" est caractéristique des personnes sujettes au burn out.

mardi 1 août 2017

40 ans sur 2 roues !

Chronique Terrienne n° 159 
En Mobylette à 14 ans, en Ducati à 54 : c'est un parcours de 40 années sur 2 roues et en couleurs : bleu, blanc puis rouge ! En effet, un Piaggio "Bravo" et surtout la fameuse Mobylette "Bleue" (customisée Mob' cross) avant mon permis moto* à 22 ans, puis des Honda (enduro) et enfin, à la maturité, des Ducati (supermot')... les connaisseurs reconnaîtront. Enfant du "casque obligatoire" lors de mon début de trajectoire, je suis monté en régime très progressivement en 40 ans (de 50 à 821 cm3). Certains diront "un peu lent", accélérations et freinages m'ont cependant permis de tenir la distance. Des gamelles sans gravité sur chemins herbeux ou boueux, mais également sur une autoroute... en construction : le goût du goudron ne m'a pas quitté ! 
De la ville (Marseille*) aux chemins de campagne puis aux routes de montagne (Le Galibier récemment), ma trajectoire est empreinte de cette liberté et de cet équilibre (en solo comme en duo) de qui a pratiqué le "tout terrain".
Et aussi en cet anniversaire, ne pas oublier les communautés que j'ai croisées (MC, TMC et autres Chevaliers de la route) : solidarité et convivialité.
Alors si fin août, mon nouveau stage de développement personnel qui s'appelle "Piloter sa trajectoire en confiance" se déroule en Ardèche verte dans un relais motard, vous aurez compris que cette initiative vient de loin, oui de très loin... JMP

https://www.efficacite-professionnelle.com/confiance-et-l%C3%A2cher-prise

dimanche 11 juin 2017

Donner de soi...

Chronique Terrienne n° 158
Si je ne donne pas mes plaquettes de freins moto, depuis fort longtemps je donne mes plaquettes... de sang. Quand je parle autour de moi du don du sang, un geste simple et très utile, mes contemporains qui ne font pas cette démarche conviennent souvent de leur négligence voire méconnaissance. Un don n'est pas douloureux, l'acte est très sécurisé, et vous avez une équipe aux petits soins avec vous ! 20' suffisent pour un simple don de sang ; moi j'ai 3 heures à y consacrer à chaque fois entre déplacements/accueil et formalités/entretien médical/don plaquettes puis collation (pour ne pas tituber dans la rue à la sortie). C'est une démarche de solidarité citoyenne, qui parfois est un peu surprenante quand on doit répondre à une question du médecin du genre : "Avez-vous accepté dans les 12 derniers mois une relation sexuelle contre de l'argent ou de la drogue ?"… mais ensuite on s'y habitue ! Seulement 4% des français donnent, pour 1 million de patients qui en ont besoin chaque année, c’est bien peu. La couverture des besoins en sang se fait, tout juste, grâce aux donneurs réguliers. Sang, plasma ou plaquettes, permettront via des transfusions de sauver des vies d'accidentés de la route ou de guérir les cancers du sang (leucémie). Alors qu’attend-on ? Vous avez entre 25 et 65 ans ? Vous avez donc "la vie dans le sang" alors contactez votre EFS via le site national https://dondesang.efs.sante.fr
(surtout les AB qui sont donneurs universels de plasma)  A+ * JMP

 * c'est aussi mon groupe sanguin, l'un des plus représenté dans la population (avec le O+)

dimanche 23 avril 2017

Piloter sa Trajectoire en Confiance

Chronique Terrienne n° 157
Mettre cette année mon stage PTC en œuvre, en outdoor et en résidentiel sur un week-end, et qui plus est en Ardèche, est une joie. Je suis ravi de réussir à le lancer enfin, car c'est un de mes projets depuis plus de 3 ans pour lequel je m'adjoins les talents de Gérard-Philippe, Fabyenne et Marie-Laure. Mais maintenant, il nous faut 8 clients !
Ce stage vous est plus particulièrement destiné si vous voulez progresser sur votre affirmation de soi, vous doter d'outils pour vivre mieux avec vous-même et les autres, prendre du recul sur votre équilibre de vie. Ce stage ne s'adresse pas aux motards, pas plus qu'à une autre catégorie de personnes, il s'agit plutôt de l'opportunité de s'accorder un week-end singulier et travailler sur sa confiance : 45 heures pour moi, en Ardèche verte, pour retrouver la route de Soi ! Ce sera une expérience unique, dans une approche bienveillante, authentique et respectueuse de chacun le week-end des 10 & 11 Juin à Grange Fayet, Maison d'hôtes (et relais motards) à Félines, en pleine nature (à proximité d'Annonay). Ce stage de développement personnel à visée professionnelle est singulier car il allie des séances d'échanges individuels et collectifs et des séquences de roulage à moto. L'objectif étant d'accéder au lâcher-prise, attitude nécessaire à la confiance.
"Le corps parle, mais le motard passe" à moins que ce ne soit "la confiance passe aussi par le corps" ! Bref, faites confiance au coach motard pour améliorer votre trajectoire. JMP

Infos et téléchargement de la fiche de présentation détaillée sur : 

www.efficacite-professionnelle.com

mardi 7 mars 2017

La joie, mon choix.

Chronique Terrienne n° 156
Des 5 familles d'émotions, je suis tenté par la joie. C'est mon choix. En effet, peur, colère, tristesse et dégoût devraient être bannis de nos vies. Facile à dire ; plus délicat à faire. Si toute la palette des émotions fait partie de la vie, la joie doit pouvoir être cultivée.
Apprécier, louer, célébrer, jubiler, partager, rire... sont autant de sources de joie. Goûter l'instant présent, admirer, déguster, communier sont mes moments de bonheur. "Retrouver la joie, en période de crises, mutations.." est l'accroche d'un flyer que je trouve dans un lieu de retraite où j'ai "breaké" 48 heures. Ce week-end spirituel nous propose en mars de se ressourcer, se "désennuier", méditer, rire et chanter avec de l'activité physique dans la nature, de la création artistique, de l'enseignement et de l'échange... "pour s'alléger et retrouver la joie". Je ne serai plus ici pour ce programme qui aura lieu dans 15 jours, mais je me dis que la sympathie et l'harmonie, la beauté et l'amitié, et l'amour, me procurent toujours de la joie.

Contraste avec ce jour d'hiver, sous la pluie, en une bien triste abbaye, puisque la communauté est en effet passée en 40 ans de 70 à 16 religieuses (dont la plus jeune a 60 ans). Plus d'ateliers, plus d'activités ; les souvenirs de mes jeunes années s'oublient dans la buée. Mais si je préfère toujours une vraie tristesse à une fausse joie, je me souviens que Laurence Sterne a écrit : "Chaque fois qu'un homme sourit, il ajoute quelque chose à la durée de sa vie". Et j'ai souri ces jours-ci, tout comme je le prescris dans un SMS à Arthur, un de mes clients qui a obtenu un nouvel entretien d'embauche ! JMP

dimanche 15 janvier 2017

Contact !

Chronique Terrienne n° 155
C'est le Coach Motard© qui vous souhaite une belle trajectoire en 2017 ! Mon souhait surtout : garder (ou reprendre) le contact. Contact avec soi (avant tout), contact avec le monde (la nature surtout), et contact avec les autres (tous les autres). J'ai ainsi plutôt envie de voir en 2017 mes contemporains s'ouvrir encore plus au contact, au lien, à la vie.

Subir ou conduire (?)... Piloter sa trajectoire en lâchant prise, telle est certainement la voie… du plaisir et de la liberté. Je citais Matthew B. Crawford (le philosophe-mécanicien auteur du fameux "Eloge du carburateur" et de "Contact") dans ma CT 151 du mois d'août : "le motard capte quelque chose de fondamental" écrit-il, "engagement total, concentration forte, la moto devient une extension du corps, une joie unique, amplifiant les possibilités de l'homme qui la dirige, une seconde nature, une manière d'habiter complètement l'environnement, presque une fusion, une expérience vitale".
Si je viens de partager une vidéo* sur mon métier en ce début d'année (+ de 400 vues en 7 jours), c'est avec 10 mots clef dans les images, qui sont des verbatim clients : Humilité, Écoute, Disponibilité, Soutien, Confiance, Hauteur, Redynamiser, Humour, Légèreté, Nouvelle voie.
Que cette année soit donc pour vous, riche d'émotions positives et de partages sincères en (re)prenant en quelque sorte la route de Soi. Un beau parcours non ? JMP

* "Changer de voie à 40/50 ans ?" [Mobilité professionnelle, vieux motard que jamais !]
Ma chaîne AdC sur YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCJBg30aOO0QhM85awNHUtLA
Une présentation en images de mon approche pour accompagner les cadres en transition.

mercredi 30 novembre 2016

Semer d'un coeur léger...

Chronique Terrienne n° 154
Depuis des années, je creuse deux sillons : la transition et l'entrepreneuriat. Ils se recoupent lorsque un des clients que j'accompagne lance sa propre entreprise, reprend ou s'associe.
Sur ces deux thématiques, j'ai beaucoup d'échantillons sur moi et "rebond", "résilience", "projet", "engagement" sont les mots clefs de ces combats.
"Si nous nous levons le matin avec pour seul objectif d'empêcher notre petit MOI de se faire égratigner, nous trouverons partout des obstacles" dit Alexandre Jollien.
En effet, "quand faut y aller"... "faut y aller" dirait l'autre ! Courage et bonne foi font aussi partie des vertus mise en avant par Comte Spontville.
Courage de faire des choix, de les annoncer, de les mettre en œuvre et de les assumer. Bonne foi de celui qui, a priori, cherche à construire, voit l'autre comme un partenaire avant de voir un adversaire.
L'homme de bonne foi possède l'amour de la vérité, toujours selon André ! Et comme déjà cité "La vérité n'existe que dans l'expérience" (Goa Xingjian) je crois également, comme "ACS", que l'humour est une très grande vertu. Les choses compliquées, la transition et l'entrepreneuriat en font partie, ne devraient en effet pas être abordées par des personnes dénuées d'humour !
Alors comme un grand frère compatissant, car éprouvé en toutes choses sur ces questions là, je guide mes clients vers leur voie, et je sème en toute légèreté.
"Là où vous voulez aller, JMP y est déjà passé !" JMP