dimanche 11 juin 2017

Donner de soi...

Chronique Terrienne n° 158
Si je ne donne pas mes plaquettes de freins moto, depuis fort longtemps je donne mes plaquettes... de sang. Quand je parle autour de moi du don du sang, un geste simple et très utile, mes contemporains qui ne font pas cette démarche conviennent souvent de leur négligence voire méconnaissance. Un don n'est pas douloureux, l'acte est très sécurisé, et vous avez une équipe aux petits soins avec vous ! 20' suffisent pour  un simple don de sang ; moi j'ai 3 heures à y consacrer à chaque fois entre déplacements/accueil et formalités/entretien médical/don plaquettes puis collation (pour ne pas tituber dans la rue à la sortie). C'est une démarche de solidarité citoyenne, qui parfois est un peu surprenante quand on doit répondre à une question du médecin du genre : "Avez-vous accepté dans les 12 derniers mois une relation sexuelle contre de l'argent ou de la drogue ?"… mais ensuite on s'y habitue ! Seulement 4% des français donnent, pour 1 million de patients qui en ont besoin chaque année, c’est bien peu. La couverture des besoins en sang se fait, tout juste, grâce aux donneurs réguliers. Sang, plasma ou plaquettes, permettront via des transfusions de sauver des vies d'accidentés de la route ou de guérir les cancers du sang (leucémie). Alors qu’attend-on ? Vous avez entre 25 et 65 ans ? Vous avez donc "la vie dans le sang" alors contactez votre EFS via le site national https://dondesang.efs.sante.fr
(surtout les AB qui sont donneurs universels de plasma)  A+ * JMP

 * c'est aussi mon groupe sanguin, l'un des plus représenté dans la population (avec le O+)