dimanche 21 juillet 2019

Entrepreneuriat/salariat, le loup ou le chien ?

Chronique Terrienne n° 175
Il y a quelques mois, lors d'un "coffee business" (entendez "petit-déjeuner réseau") je suis coopté dans un Club d'affaires via ma minute de gloire lors de laquelle je me présente à mes congénères. La présidente me félicitant, me remet un... collier (à badge), signe que je fais partie de la confrérie ! Ce cadeau symbolique me fait penser à la fable "le loup et le chien" de La Fontaine. En effet, me mettre autour du cou un collier d'appartenance, n'est-ce pas contradictoire avec l'image que je porte sur l'entrepreneuriat (stature dont ce Club se revendique) ? Il s'avère que nombre des adhérents sont free-lance et veulent sortir de l'isolement en participant à ces rencontres. Cependant, entreprendre pour moi, c'est creuser son propre sillon, autrement dit sortir de la flottille (au sens maritime) et voguer vers son propre cap. Aujourd'hui, la démocratisation et la généralisation de l'entrepreneuriat, avec les outils nomades accessibles à tous, les nombreuses aides à la création dont les micro-statuts, les pratiques de sourcing des entreprises (tout sauf recruter et augmenter la masse salariale) et la féminisation des métiers (avec l'aspiration au travail à domicile) nous amènent vers une surpopulation de solo, qui se révèle avoir besoin de rompre leur solitude. Situation pesante car exigeante en terme de pro-activité (vs le volet commercial de toute activité à son compte) mais aussi d'une forme de précarité financière.
Si la morale de la fable se résume ainsi : mieux vaut être pauvre, affamé et libre que riche, bien nourri mais esclave ; votre serviteur y voit les enjeux d'une situation douillette (de salarié) vs l'aventure de la liberté (entrepreneuriat). Combien sont en effet prêts à assumer vraiment une certaine frugalité dans leur confort de vie en refusant un collier... (sans être dépendant d’un seul client, ce qui n’est pas facile, mais aussi interdit, ou d'une autre façon, dépendant de son conjoint, ingénieur à gros salaire par ex. ?) JMP


"Le loup et le chien" de Jean de La Fontaine :
https://education.toutcomment.com/article/quelle-est-la-morale-de-la-fable-le-loup-et-le-chien-13039.html

lundi 8 juillet 2019

"Mon parcours est atypique"...

Chronique Terrienne n° 174
Quand une personne qui doit se présenter en quelques mots démarre ainsi, je ressens (je vous l'avoue bien volontiers) une forme d'exaspération tant cette expression est pour moi un lieu commun et une périphrase pour se cacher... Commencer en qualifiant son profil au lieu de parler de qui on est, et de ce qu'on a fait, est souvent l'apanage des amateurs. "Ne vous souciez pas d'être sans emploi, souciez-vous plutôt d'être digne d'un emploi" aurait déjà dit Confucius. Dites rapidement en quoi vous êtes unique bon sang ! Atypique par rapport à quoi ? à qui ?... en vérité, si ces gens là savaient combien de profils "atypiques" je croise dans mon métier ?
"Ingénieur à Grenoble (sic), j'ai travaillé 5 ans dans une SSI puis 20 ans chez Schneider (re-sic). Je suis de la région parisienne, je suis venu pour mes études, et pour les montagnes aussi..." ;-)
A cela je préfère nettement le pitch d'une de mes clientes qui commence ainsi : "Je me prénomme Isabelle, je suis une jeune diplômée de 58 ans ! ... avec un profil à double dimension (ingénieur + marketing) et une formation de 10 mois en cybersécurité" (...) Isabelle, elle, a fait le point sur son parcours et a élaboré un projet, travaillé sa bande-annonce avec son coach (qui lui a proposé également un atelier collectif d'une journée complète avec appui vidéo), elle a rédigé par écrit plusieurs versions, a demandé des feed-back, s'est entraînée pendant plusieurs semaines (ps : elle a retrouvé un job depuis).
"La plus haute récompense du travail n'est pas ce qu'on en retire, mais ce qu'on en devient" a dit John Ruskin. Attention à nous croire le nombril du monde, ou à méconnaitre le marché de l'emploi et sa sélectivité. Travail et humilité valent mieux qu'approximation et arrogance. JMP