samedi 30 novembre 2019

SPIRI-TU-ELLE

Chronique Terrienne n° 179
Je pense que la plus grande tragédie de la vie n'est pas forcément la mort, mais ce qui meurt en nous pendant que nous vivons. Et c'est souvent notre âme d'enfant qui disparait (souvent avec la quarantaine, parfois bien avant), une forme d'enthousiasme, de créativité, d'insouciance bien sûr mais surtout d'ouverture inconditionnelle au monde. "L'homme pense, Dieu rit", pour citer Milan Cundera, et nous humains sur-utilisons trop souvent notre néo-cortex avec ces capacités à classer, évaluer et juger tout et tous. Ceci se faisant au détriment de notre cerveau limbique, celui où l'on devrait puiser indéfiniment ce sentiment de joie, si cher à Spinoza ! A critiquer, jalouser, se comparer, coller des étiquettes, généraliser, reprocher, exiger, culpabiliser, moraliser etc., on en devient soi-même aigris. Et on ne peut proposer ainsi à l'autre le meilleur de nous-mêmes. "Deux sortes d'êtres que je ne peux pas supporter, disait Gustave THIBON*, ceux qui ne cherchent pas Dieu et ceux qui s'imaginent l'avoir trouvé." Il ajoutait : "Dans l'ordre économique, les affamés cherchent la nourriture ; dans l'ordre spirituel, c'est la nourriture, étalée à profusion, qui s'offre en vain aux affamés." Ecouter son cœur, s'élever, se focaliser sur l'essentiel, l'amour, la voie est spiri-tu-elle ! "Le Divin parle dans le silence du cœur. L'écoute est le début de la prière." (Rumi**). JMP

* Gustave Thibon (Métaphysicien et poète, ami de la philosophe Simone Weil ; 1903-2001) in "L'ignorance étoilée"
** Djalâl ad-Dîn Rûmî est un mystique musulman persan du XIIIème siècle : "Hier j'étais intelligent, alors je voulais changer le monde. Aujourd'hui je suis sage, alors je veux changer ma personne."