dimanche 26 août 2018

Zorro ce héro

Chronique Terrienne n° 167
"Un cavalier, qui surgit hors de la nuit court vers l'aventure au galop. Son nom, il le signe à la pointe de l'épée d'un Z qui veut dire Zorro". (France 3 diffuse toujours cette série culte)
Il faut que je vous l'avoue aujourd'hui, Zorro a aussi joué un grand rôle... dans ma vie !
Don Diego de la Vega à la ville, un aimable et élégant jeune notable, devient la nuit venue "le renard", justicier et défenseur des citoyens d'un Los Angeles alors Californie espagnole.

Si les 82 épisodes télévisuels initiaux ont "fait un tabac" juste avant mon arrivée sur terre (1957-1961), j'ai été ensuite bercé dans mon enfance par ce personnage au double visage : oisif le jour et intrépide la nuit !
Fils du respectable Don Alejandro de la Vega, avec son fidèle serviteur muet Bernardo, son cheval Tornado, un superbe étalon noir, Zorro ne perd pas une occasion de ridiculiser le sergent García, que le Commandant Monastorio lance à ses trousses. Don Diego "masque" donc en société ses préoccupations ultimes (ainsi que son habileté à l'escrime), se faisant volontiers passer pour un érudit, feignant de s'intéresser aux choses politiques; ceci pour mieux observer et enquêter sur les vils desseins du Commandant corrompu.
Et dire que ce personnage, qui a inspiré d'autres héros masqués (par ex. Batman, du propre aveu du dessinateur Bob Kane) était interprété dans la série TV par Armando Catalano, alias Guy Williams, un acteur italo-américain qui effectuait lui-même ses cascades. Quand j'appris que cet "homme parfait" qu'il était dans la série (intelligent, sociable, fringant, mais surtout honorant ses valeurs de justice et de liberté avec audace et courage) est mort en 1989, seul et alcoolique à 65 ans dans un hôtel à Buenos Aires, j'ai compris que l'idole de ma jeunesse, Zorro, mon héro, n'existait pas. Il n'était en fait qu'une de mes "petites voix du passé" ! JMP

Lire la Chronique Terrienne n° 160 (11 09 2017) :
http://accelerateur-de-croissance.blogspot.com/2017/09/ces-petites-voix-du-passe.html

Aucun commentaire: